Soulager d'une douleur

Pour soulager l’hernie discale :

Les traitements chiropratiques ont pour objet de réduire, voire même d’éliminer, les risques de dommages aux disques intervertébraux. Des anomalies du mouvement normal et/ou de l’alignement idéal de certaines vertèbres appelées subluxations vertébrales, sont susceptibles de causer des stress indus aux fibres du disque. Les soins chiropratiques ont pour objet d’améliorer la mobilité et l’alignement des vertèbres et de rééduquer les systèmes nerveux, musculaire et squelettique. Les ajustements chiropratiques aident à prévenir l’apparition de lésions discales et agissent sur le contrôle de la douleur. Le chiropraticien est généralement en mesure d’apporter un soulagement important des symptômes intenses dus à l’hernie discale. Dans bien des cas, il est possible d’éviter la chirurgie grâce aux traitements chiropratiques.

 

Pour soulager le syndrome du tunnel carpien (STC) :

Le chiropraticien est habilité à diagnostiquer avec précision ce type de problème . Les traitements chiropratiques ont pour objet de stimuler le système nerveux et de dégager l’espace situé à l’intérieur du tunnel carpien.

 

En effet, le chiropraticien s’assure de rétablir la biomécanique des os du poignet de même que celle des articulations adjacentes tels le coude, l’épaule et la colonne cervicale. Grâce aux ajustements chiropratiques, il est possible de prévenir les compressions du nerf médian, tout au long de son trajet entre le cou et la main. Par son travail musculaire et ligamentaire, le chiropraticien favorise aussi la relaxation des tissus mous du poignet afin de libérer le nerf de la compression qui crée l’irritation.

 

Prévenir au lieu de guérir

L’approche chiropratique accorde une grande importance à la prévention de l’apparition de symptômes et de certaines pathologies. Certains facteurs favorisent l’apparition du syndrome du tunnel carpien (STC). Il est important de contrôler certaines variables afin de diminuer les risques de développer les problèmes biomécaniques associés au STC. Ces variables sont les suivantes :

  • S’assurer d’avoir une bonne posture et un poste de travail ergonomique

  • Effectuer des exercices d’étirement au travail et lors d’activités physiques

  • Éviter les activités répétitives

  • Boire beaucoup d’eau et éviter la surconsommation de sel

 

Pour soulager l’arthrose et l’arthrite :

Le chiropraticien est habilité à diagnostiquer les problèmes d’arthrose et d’arthrite. Les traitements chiropratiques ont pour objet de contribuer à la diminution de la douleur et de l’inflammation. Ils visent à rééduquer les systèmes nerveux, musculaire et squelettique afin que ceux-ci retrouvent un équilibre optimal et qu’ils recommencent à travailler en synergie. Les traitements chiropratiques peuvent être efficaces pour freiner la progression de l’arthrose et pour prévenir l’apparition d’épisodes douloureux. Les ajustements chiropratiques permettent de rétablir le mouvement des articulations et de freiner le processus dégénératif affectant les articulations touchées. L’approche chiropratique a également pour objet de corriger les anomalies posturales. En effet, une mauvaise posture entraîne souvent un mauvais alignement des articulations et, par voie de conséquence, une augmentation du stress et une usure articulaire prématurée.

 

Pour soulager les douleurs lombaires :

L’approche chiropratique a pour objet de stimuler le système nerveux en augmentant la mobilité des vertèbres lombaires. En effet, les nerfs qui émergent des vertèbres véhiculent des informations nerveuses vers les structures qui entourent l’unité vertébrale. Le traitement chiropratique consiste donc en des ajustements qui rétablissent la bonne synergie entre les structures vertébrales et nerveuses, afin de réduire les problèmes de stress au niveau de la région lombaire. Le chiropraticien favorise également la relaxation des muscles par son travail sur les tissus mous (muscles, tendons, ligaments, fascia). L’objectif des soins chiropratiques est donc de réduire la douleur, de restaurer la biomécanique de la région lombaire et de prévenir la réapparition des épisodes douloureux.

 

Pour soulager les céphalées :

Le chiropraticien est habilité à diagnostiquer plusieurs des types de céphalées dont vous êtes susceptibles de souffrir. L’approche chiropratique a pour objet de stimuler le système nerveux en augmentant la mobilité des vertèbres cervicales. L’ajustement chiropratique a généralement des répercussions sur les muscles du cou par le biais du système nerveux. De plus, le chiropraticien, en travaillant sur les muscles et sur les autres tissus mous de la région cervicale, favorise la relaxation des muscles cervicaux. Lorsque les céphalées dont vous souffrez ne relèvent pas de la compétence du chiropraticien, celui-ci est en mesure de vous référer au professionnel compétent.

Chiropraticienne